mardi 1 juin 2010

Au pré de l'Asphodèle.

Le voyage du retour est difficile. C'est l'Achéron que l'on remonte, un paquebot fou sur une rivière triste, les gens entassés les uns contre les autres, pressés d'arriver à destination. Cela m'évoque une vision horrible et absurde, la seconde guerre mondiale, des wagons entiers de juifs pressés de se faire gazer, invectivant les officiers allemands, hurlant au scandale, indignés, profondément, parce que le train est parti quelques minutes en retard.


Moi, entouré d'innombrables mères porteuses. C'est comme un bataillon, il ne leurs manque plus qu'un uniforme. Elles sont mortes pourtant, elles sont mortes, elles sont mortes mais elles continuent de pondre, inlassablement, des bébés aussi crevés qu'elles, des cadavres comme nous tous, des bouts de chair en putréfaction, et elles gazouillent, "Chouchou à sa maman ! Guili-guili, c'est chouchou à sa maman, ça !"

D'autres un peu plus loin, victimes de pendaison, étouffés par leurs cravates, ils partent pour mourir mais tonnent et s'excitent au téléphone pour des tableurs Excel et des présentations Powerpoint; Je meurs, je meurs, vite, elles doivent partir à temps. 

Et cette vieille dame là-bas au fond, qui refuse obstinément de s'assoir à la place 42 alors qu'on lui a promis la place 44. Au pré de l'Asphodèle tu vas marcher sans cesse, courir, tourner encore, sans but, en rond, jusqu'à la fin des temps. Mais pour y aller, il faut que les vers te rongent sur le fauteuil 44. C'est important.

Moi je connais ce pays, le terminus du train. C'est la vallée des larmes, un cimetière animé, en forme de fête foraine. Des gens, une foule, une multitude. Debout toujours, à courir toujours, mais couché dedans, les bras en croix dans leurs têtes, enterrés déjà, prêts à tomber en poussière si les vents soufflent trop fort ou les caresse de trop près. 

Moi je connais ce pays, le terminus du train. Le plus mort d'entre eux tous... Mais je sais; je suis prêt.

2 commentaires:

Yoxigen a dit…

Désolé pour l'absence de qualité et/ou les fautes d'orthographes, mais vous l'aurez sûrement remarqués, c'est beaucoup de premiers jets et d'écriture instinctive ici, en ce moment...

euonimus Blue a dit…

Eh ben, c'est gai... :-) En tous cas, interpelant... Et arrête de t'excuser par avance pour des trucs virtuels!
J'aime. (c'est comme ça qu'on dit, sur Geekland, hein?)